CV : mettre toutes les chances de son côté
CV : comment mettre toutes les chances de son côté ?

CV : mettre toutes les chances de son côté

Lorsqu’un recruteur se penche sur votre CV, il va l’analyser sous différents angles… Et pas uniquement sur le fond. La présentation, l’organisation, la pertinence des éléments présentés, la cohérence et la stabilité du parcours sont aussi passés au crible.

Voici mes conseils pour mettre toutes les chances de votre côté avec votre CV. Ainsi, vous pourrez passer la première étape de sélection et taper dans l’oeil du recruteur plus facilement.

Les éléments de base : le minimum qui doit figurer dans tout CV

Votre lecteur-recruteur va vérifier que ces fameux éléments de base sont bien renseignés. Ces éléments permettent de vous identifier immédiatement et de façon très synthétique.

L’état civil

Il comprend tous les éléments essentiels tels que :

  • Nom
  • Prénom
  • Adresse
  • Coordonnées mail et téléphoniques

Vous êtes libre d’indiquer votre date de naissance ainsi que votre statut marital ou non. Néanmoins ces éléments peuvent être discriminants lors de la sélection : un senior peut faire craindre une rémunération importante ou des méthodes de travail un peu « arriérées ». Inversement, une personne trop jeune, un manque de maturité. Ce sont des clichés mais ils restent valables, même en 2020 !

La photo

Mettre ou non sa photo sur son profil n’est pas obligatoire, c’est un choix personnel. Si vous choisissez de la mettre sur votre CV, elle doit rester sérieuse et sobre – mais naturelle – pour éviter toute interprétation. Si certains candidats affichent des photos qui les mettent artificiellement à leur avantage (les outils et applis de retouches sont nos amis) ou trop anciennes, cela peut créer une déception lors de la rencontre avec le recruteur… Idem si vous affichez une photo de votre dernière soirée : votre sérieux risque d’être… sérieusement mis en doute.

Le titre du CV

Durant la phase de sélection, le titre d’un CV peut attirer l’attention du recruteur ou au contraire remettre en question le profil d’un candidat. Ce titre, cela peut être le nom du poste pour lequel vous souhaitez postuler, ou une de ses variantes. Mauvais point en revanche si vous restez trop vague, si vous vous contentez d’énumérer la liste de toutes vos qualités sans mettre l’accent sur une expertise en particulier, ou alors si le titre n’a rien à voir avec l’offre à laquelle vous postulez.

L’expérience professionnelle

C’est le coeur du CV. Mais là encore, décrire votre expérience professionnelle doit suivre certaines règles simples.

  • La hiérarchisation des expériences : elle doit partir de la plus récente à la plus ancienne
  • Les dates doivent être mentionnées clairement et distinctement afin que le recruteur identifie rapidement la durée de chaque expérience
  • Les intitulés doivent être clairs, simples, compréhensibles (sans jargon). Les responsabilités au sein de chaque poste doivent être décrites de façon transparente
  • Chacune des expériences ou poste occupé doit être expliqué de façon ni trop détaillée ni trop synthétique
  • Il doit y avoir le moins de « vides » possible : un candidat resté trop longtemps sans travailler et sans justification, peut vite effrayer un recruteur. Il se demandera forcément « pourquoi ne veut-on pas s’engager avec cette personne ? »
  • Votre parcours doit être cohérent. Vous avez un parcours cohérent, si vous êtes resté sur une même fonction ou un même type de secteur pendant plus de trois années. Idem si vous avez évolué en interne sur des fonctions transverses. Par exemple, vous avez débuté en tant qu’assistant RH, puis RRH, puis DRH dans la même structure. A l’inverse si vous êtes resté plus de 20 ans dans la même structure au même poste ou si vous êtes passé tous les ans d’un secteur à l’autre, vous risquez de transmettre un message d’instabilité et de manque d’expertise. Pourquoi 3 ans sur un poste est-elle la durée minimale et idéale ? Parce qu’un candidat qui reste moins de trois années sur un poste n’a pas le temps de se familiariser à sa fonction ni à sa structure pour développer une compétence experte…

La formation

Votre formation, c’est votre premier bagage. Vous devez les mettre en valeur pour que le recruteur sache rapidement quel est le dernier diplôme que vous avez obtenu et par quelle école, université, cursus vous êtes passé. Nous le savons tous, avoir fait partie d’une école renommée peut être un facteur décisif dans l’analyse du recruteur…

Les compétences

Ajouter une section compétences dans votre CV, c’est la tendance et c’est une bonne idée. Sélectionnez et structurez les mots-clés ou les qualités qui vous caractérisent. Cela permet au recruteur d’identifier en un coup d’oeil quelles sont vos expertises et vos domaines de prédilection.

La rubrique « divers »

Elle n’a aucun caractère obligatoire, mais elle permet d’indiquer des informations qui peuvent se révéler cruciales dans la sélection d’un candidat. Etre titulaire du permis peut être essentiel pour certains postes, de même que certaines activités extra-professionnelles…

Indiquer son niveau de maîtrise des langues est une information importante dans la phase de sélection. Il est primordial que ces informations soient réellement à jour : n’affichez pas « anglais bilingue » si vous n’avez pas pratiqué depuis longtemps.

A travers vos activités extra-professionnelles vous donnez au recruteur une indication sur votre personnalité ou sur votre appartenance à une catégorie sociale : pratique d’un sport collectif, amateur de golf, etc.

Les éléments complémentaires

Pour certains postes, il est recommandé voire essentiel de retrouver des informations particulières. Par exemple, dans le domaine financier, l’indication de chiffres est pertinente ; pour les profils scientifiques, mettre en avant ses publications est un excellent guide pour le recruteur : il peut ainsi avoir une meilleur idée du candidat et de son implication dans son poste.

numahconseilinfographiecv
infographie CV Numah Conseil

Présentation, organisation, mise en page, couleurs : facilitez la vie du recruteur !

La longueur du CV 

C’est LA règle : la longueur d’un CV ne devrait pas dépasser 1 à 2 pages. Passé cette limite le recruteur ne pourra pas rester attentif à tous les éléments de votre CV (c’est un recruteur, pas un datacenter !). Attention en revanche : un CV trop court peut donner l’image d’un document rédigé à la va-vite, tandis qu’un CV trop long serait le signe d’une difficulté à synthétiser les informations.

La lisibilité

Gardez ce chiffre en tête. 2 minutes, c’est en moyenne le temps qu’un recruteur passe à lire votre CV. Il est donc absolument essentiel de lui donner accès à toutes les informations dont il a besoin, vite et bien.

Quelques astuces pour lui faciliter la vie :

  • Un CV présenté d’un bloc est désagréable à lire. Tandis qu’un CV où les espaces entre chaque expérience sont respectés permet une lecture plus rapide et plus pertinente des informations.
  • Attention au CV trop original : coloris, excès de mise en relief, surligné, présenté en diagonal, car il peut vite parasiter la lecture. Par exemple, un CV surchargé de mises en relief dans le but d’attirer l’oeil du recruteur peut vite avoir l’effet inverse. Il ne faut mettre en relief que les éléments strictement essentiels du parcours pour rester pertinent.
  • Si vous ne respectez pas les règles en matière d’alignement dans votre CV, cela peut laisser présager un manque de connaissance de l’outil informatique ou une négligence dans la rédaction.

Fautes d’orthographes, erreurs grammaticales et syntaxe

Les recruteurs y sont allergiques… Ils peuvent vite mettre de côté un profil où l’on trouve des fautes d’orthographe et/ou de grammaire. Surtout si l’on imagine que le candidat en question va devoir communiquer par mail avec des interlocuteurs dans sa structure et au-dehors. C’est l’image de l’équipe et de l’entreprise en qui pâtiront.

Et comme un CV s’accompagne souvent d’une lettre de motivation, je vous propose quelques recommandations supplémentaires ici !

Laisser un commentaire